Mardi 10 mai
Ce matin, lever de bonne heure et nous arrivons au Mercado (Marché) pour prendre un bon petit déjeuner. Le mini bus part vers 8 heures d’Iquique pour nous conduire à 130 km à Mamiña.

Il prend la route qui remonte le long de la falaise et de la dune allongée (baptisée « Dragon ») qui limitent l’extension de la ville.

Dès que l’on sort d’Iquique, c’est le désert. Nous passons devant l’entrée de la ville fantôme d’Humberstone (1040 m d’altitude) et continuons à monter. La route est droite avec quelque rares virages. Puis le paysage devient rude et nous longeons un profond canyon avec des virages dangereux que notre chauffeur négocie fort bien. Plusieurs mines de cuivre sont exploitées dans ce secteur. La route est bonne et nous longeons des précipices vertigineux

Deux heures trente plus tard nous sommes à Mamiña, un petit village de la pré cordillère, à 2700 mètres d’altitude. Celui-ci a été touché par un « terremoto » (Tremblement de terre) en 2005. Beaucoup de maisons ont été reconstruites ainsi que l’église dont seule une porte est restée debout. Les traces du séismes qui n’a fait aucune victime sont encore visibles.

Nous avons rencontré un couples de jeunes chiliens Eimi et Alexis avec leur fils Mateo et nous avons fait ensemble « la cure thermale » avec toutes ses options, bain chaud avec bain de boue et bain dans les thermes.

Nous allons tout d’abord au « barros chino », un bain dans une eau « qui sort du centre de la terre » à 26 °… très agréable pour papoter.

Ensuite, pour le bain de boue, nous nous sommes enduit d’argile… et il fallait que cela sèche. Il faisait froid et un petit vent s’est levé. Nous sommes retournés dans le bain chaud et pris ensuite un bonne douche. Il est très difficile de se séparer de cette argile collante…mais avec de la patience… et un bon jet pour la douche, nous y sommes arrivés.

Un peu étourdis, nous avons fait une ballade dans le village. Nous avons vu l’église qui avait deux portes (une seule est restée debout après le tremblement de terre).

Après un « cafe cortado » (Café avec un peu de lait) nous sommes allés aux thermes « baños Ipla » dans une eau à 41°. L’histoire (ou la légende) raconte que la fille d’un chef Inca recouvra la vue grâce à ces eaux. En remerciement, le lieu reçu le nom de « Niña de mis oros » (Fille de mes yeux) qui devint par la suite Mamiña…

Après « s’être réchauffé » (ça chauffe !)… et rhabillés, nous avons repris le bus qui deux heures plus tard nous laissait à Iquique. Nous avons quitté nos amis chiliens et sommes rentrés à l’hôtel.

Barros Chino

et voilà tout ce que cela soigne…

Le village de Mamiña

La porte de l’église

Mamiña, célèbre pour ses sources thermales