Notre après midi est consacrée à la pêche.
Voilà des années que je n’avais pas pêcher … à la ligne !
Arrivés au pont du lago Cisnes , Carlos m’aide à enfiler la combinaison pour aller dans l’eau… et le gilet du pêcheur à la mouche
La canne est vite prête pour une partie de pêche à la mouche noyée.

Quelques lancers aériens et au bout de 15 minutes une belle truite mord à la ligne. Elle tire bien, se débat, saute sur la fin mais la frêle canne résiste bien. Elle atterrit en douceur sur la berge, Carlos enlève l’hameçon, je la gracie et la remets délicatement à l’eau. Elle faisait 3 livres d’après Carlos et ce n’était pas une grosse. (pour moi si ! 😉 )

La seconde truite, plus petite que la première, mord une demi heure plus tard. Elle termine généreusement graciée par le pêcheur et remise à l’eau comme la première.
D’autres pêcheurs viendront au bord de l’eau mais ils ne prendront rien.

Puis tout à coup, le ciel s’obscurcit à l’horizon, le vent se lève et devient violent. La table de pique nique, ses bancs et la bouteille isolante de café décollent et s’envolent avec les tasses… une de casser !

Impossible de fouetter avec la canne à pêche avec le vent de face et en plus il commence à faire froid dans l’eau … Je me sens prendre l’eau par le bas et je sors le plus rapidement possible de mon bain glacé.
Heureusement Carlos a prévu une petite collation et des boissons chaudes.Je suis content de ma partie de pêche. Lita a bien ri quand je me suis déshabillé et que l’eau coulait du pantalon et des chaussures. Dans le vent, sur le pont en slip et pieds nus, je me suis très vite rhabillé.

Nous rentrons après ces bons moments au bord de l’eau avec Carlos pour aller dormir.

La première truite

Le geste auguste du pêcheur… la grâce de sa prise

Et la grâce de la seconde truite

Fier comme Artaban !

Un peu mouillé quand même

Carlos notre mentor pour la pêche

Villa O’Higgins

2 réflexions au sujet de « Villa O’Higgins »

Les commentaires sont fermés.